CHAVOUOT :

Chavouot cette année c'est Mardi 18 Mai 2010 soir, Mercredi 19 Mai 2010 et Jeudi 20 Mai 2010.

Célébrée sept semaines après Pessah, cette "fête des semaines" qui a aussi une signification agricole (fête des moissons), célèbre surtout la promulgation des Dix Commandements sur le Sinaï, c'est-à-dire le don (et donc l'acceptation) de la Torah.

Chaque année la Torah nous est à nouveau remise, à la suite de sept semaines de préparation et la purification. Après la délivrance matérielle de la Pâque, Chavouot est son achèvement spirituel, avec la soumission volontaire à la Loi, véritable règle de vie. C'est l'adaptation de la vie de chacun. la vérité de la Torah.

II est d'usage de fleurir la synagogue et de faire des repas de laitage. Nous célébrons ce jour là l'anniversaire du Don de la Torah, le 6 Sivan 2448, il y a 3319 ans, sur le Mont Sinaï. Ce jour est l'aboutissement du compte des 49 jours du Omer, durant lesquels on se prépare à revivre ce Don de la Torah. Le don de la Torah scelle l'union de D.ieu avec l'Assemblée d’Israël, et a la symbolique du mariage entre D.ieu et le peuple Juif.

Chavouot est une des trois fêtes de pèlerinage, avec Souccot et Pessa'h: les Juifs quittaient leurs maisons et leurs villages pour aller à Jérusalem apporter les premiers fruits de l'année, avec divers sacrifices, les dîmes, les premiers nés du bétail. Pour vous rendre avec nous dans le Beth Hamikdach à Jérusalem.

Comme toutes les fêtes de pèlerinage, le jour de fête unique célébré au temps du Temple en Terre d'Israël est dédoublé pour les habitants de la Diaspora.

Un des temps forts de la fête est la lecture des dix Commandements à la Synagogue, qui aura lieu cette année Le mardi 18 Mai 2010 matin.

Le repas lacté du jour de Chavouoth

Nous avons l’usage, le premier jour de Chavouoth, de consommer des plats à base de produits lactés.
Le problème est de pouvoir concilier cette coutume avec l’obligation de consommer de la viande, tout comme Chabbath, au titre de la "joie des jours de fête".

Dans la pratique, comment procède-t-on ?

L’usage le plus répandu est le suivant : on fait kiddouch puis l’on consomme du gâteau ou des produits "mézonoth" (pâte pétrie avec des jus de fruits, qui n'a pas le statut de pain), au moins 30 grammes, avec des produits lactés comme du lait, du fromage blanc ou du beurre. Il faudra veiller à ne pas consommer de fromages durs qui nécessitent un intervalle d’attente de plusieurs heures avant de consommer de la viande.
A l’issue de ce repas, on dira les bénédictions finales de "Al hami’hya" et de "Boré néfachoth". Si l'on a bu du vin ou du jus de raisin, notamment celui qui a fait kiddouch, on mentionnera dans la bénédiction finale "Al haguéfène".
Certains ont toutefois l'usage de faire ce repas lacté comme un repas de fête et le font avec "motsi" sur deux ’halloth. Ils feront alors le Birkat Hamazone en bénédiction finale, avant de commencer le repas de viande.

Puis l’on attendra une heure pour prendre le repas du jour de fête, qui commencera par la bénédiction du "motsi" sur deux ’halloth, le kiddouch ayant déjà été dit. On peut cependant commencer ce repas plus tôt, avec des salades ou poissons, et ne consommer la viande qu'une heure après avoir terminé les mets lactés.

Source :http://www1.alliancefr.com

Chavouot_Hag_sameah